Guide pour l’aménagement d’une salle de bain pour personne à mobilité réduite

Guide pour l’aménagement d’une salle de bain pour personne à mobilité réduite

Guide et conseils
(Last Updated On: 5 septembre 2019)

Un mauvais aménagement de la salle de bain est source de danger et de dépendance pour une personne à mobilité réduite (PMR). Pour remédier à cela, il faut concevoir cet espace en pensant à leurs besoins spécifiques. Les seniors et les personnes en situation de handicap doivent pouvoir y garder leur autonomie sans s’exposer à des risques.

Se poser les bonnes questions

Avant de penser à l’aménagement de la pièce, il faut d’abord se poser les bonnes questions. Parmi elles, on peut citer :

  • Qui va utiliser cette salle de bain ?

La pièce sera-t-elle utilisée par toute la famille ou seulement par la personne à mobilité réduite ? Si elle est destinée à tous les membres de la famille, ce sont les besoins de la personne en situation de handicap qui doivent prendre le dessus. Vous pouvez également choisir une pièce plus grande pour la salle de bain et y aménager deux espaces séparés par une cloison.

  • Quel âge a la personne à mobilité réduite ?

Les besoins d’un enfant handicapé ne sont pas les mêmes que ceux d’un adulte à mobilité réduite ou d’un senior qui a du mal à se déplacer seul.

Il faut penser au cas par cas, même si globalement, certains points restent communs comme les espaces de dégagement, les meubles suspendus, …

  • La personne vit-elle seule ou non ?

Si la personne à mobilité réduite vit seule, il est très important d’optimiser la sécurité dans sa salle de bain, et dans toute la maison. A part les installations habituelles telles que douche, WC, … il serait par exemple essentiel d’y installer également un système d’alerte qu’il peut utiliser en cas de besoin.

Découvrez notre guide de la salle de bain :

 

Choisir les bons équipements pour la salle de bain destinée aux PMR

salle de bain PMR

Pour que les personnes à mobilité réduite puissent rester autonomes dans la salle de bain, il faut y installer des équipements qui répondent à leurs besoins.

  • La douche :

Une douche à l’italienne qui est de plain-pied est la meilleure option, car elle se trouve au même niveau que le sol. Ainsi, la personne peut y entrer et en sortir facilement, sans avoir à relever la jambe. Vous pouvez néanmoins installer un pare-douche pour éviter les éclaboussures rendant le sol glissant. La personne pourra également prendre sa douche avec plus d’intimité.

Pensez aussi à y installer un banc de douche stable ainsi que des barres de maintien fixées au mur pour que la personne puisse prendre son bain en toute sécurité. Le receveur de douche doit, quant à lui, être antidérapant comme tout le sol de la salle de bain. Il est possible de poser un tapis antidérapant sur le receveur, mais il y a quand même un risque de se prendre le pied dans ce revêtement. Mieux vaut choisir un receveur avec un fini anti-glissement.

Sur le marché, on retrouve des sièges pivotants et rabattables qui sont intéressants et pratiques, mais veillez quand même à ce qu’ils soient bien stables.

  • La baignoire :

Pour le bien de la personne à mobilité réduite, enlever la baignoire de la salle de bain est la meilleure solution. En effet, le fait de soulever les pieds pour y entrer, de se glisser dans le bain, de se relever avec sa surface glissante et de relever une fois de plus les jambes pour en sortir l’expose à un plus grand risque de glissade et de chute pouvant être grave.

Toutefois, si vous souhaitez quand même garder la baignoire, remplacez-la par un modèle plus sécurisé. On trouve désormais des modèles à porte qui évitent d’enjamber la paroi de la baignoire. Attention toutefois, ce n’est pas parce que vous avez choisi un modèle à porte que la sécurité augmente. Il faut y associer des poignées de maintien robustes. Et là encore, on choisira des baignoires avec un fini anti-glissement.

  • La cuvette des WC :

Il faut la choisir en fonction de l’état de la personne à mobilité réduite. Vous aurez le choix entre :

  • Installer un rehausseur pour surélever la cuvette et permettre à la personne de s’asseoir sans risque de chute ou de difficulté à se relever ensuite.
  • Choisir une cuvette à hauteur variable surtout si les toilettes sont utilisées par tous les membres de la famille.

Pour cette installation, vous trouverez aussi d’autres caractéristiques comme les cuvettes avec ou sans accoudoirs, les cuvettes suspendues qui permettent un dégagement au sol, les cuvettes équipées d’un système électrique qui permettent de régler facilement la hauteur, …

Et pour information supplémentaire, sachez que si la personne est en fauteuil roulant, il faudra prévoir un cercle de giration d’1, 70 m dans la pièce destinée aux toilettes. La porte de celle-ci devra également s’ouvrir vers l’extérieur et devant la porte, on doit trouver un espace assez vaste pour que la personne puisse faire demi-tour.

Enfin, il ne faut pas oublier les barres de maintien fixées sur les murs, à proximité des WC pour que la personne puisse s’asseoir et se relever facilement.

  • Le lavabo :

Le choix du lavabo doit se faire en fonction du degré de mobilité de la personne à mobilité réduite. On trouve de nombreux modèles comme le lavabo à hauteur variable. Il y a également le lavabo ergonomique qui, avec un espace libre de 70 cm sous la vasque, permet à son utilisateur de s’asseoir devant l’installation. Il est alors idéal pour les personnes en fauteuil roulant puisqu’elles pourront facilement glisser leurs jambes dessous.

D’une vue générale, le lavabo pour PMR doit être placé entre 90 à 120 cm au-dessus du sol d’où la nécessité d’un modèle à hauteur variable si tous les membres de la famille utilisent ce même lavabo.

Les astuces pratiques pour la salle de bain des personnes à mobilité réduite

aménager salle de bain PMR

Par ailleurs, pour aménager correctement la salle de bain d’une personne à mobilité réduite, d’autres points doivent être pris en compte :

  • Un espace peu encombré :

Il faut privilégier des meubles suspendus et réduire au maximum les obstacles au sol. De préférence, on évitera les tapis même s’ils sont antidérapants et on privilégiera le carrelage antidérapant. On évitera aussi d’avoir des fils électriques qui encombrent le sol.

  • Penser aux difficultés sensorielles :

Une personne a mobilité réduite peut également avoir des difficultés sensorielles. Il faut en prendre compte et mettre en place des systèmes qui permettent d’y remédier. Le mitigeur anti-brûlure lui permettra de faire couler l’eau du robinet à une température toujours ambiante tandis que le mitigeur à levier démultiplié lui évite de se tromper lors du choix de la température d’eau.

  • Penser aux installations automatiques :

Les installations automatiques sont une bonne solution pour rendre la salle de bain réellement pratique et sécurisante pour les personnes à mobilité réduite. Un éclairage avec détecteur de présence est par exemple utile surtout que les seniors ont l’habitude de se rendre plusieurs fois aux toilettes au cours de la nuit.

  • Respecter les mesures et dimensions requises :

Pour rendre la salle de bain pratique aux personnes à mobilité réduite, il faut veiller à ce que :

  • Les interrupteurs et les prises électriques soient situés à une hauteur comprise entre 80 à 130 cm du sol et à 40 cm d’un angle de mur.
  • Les prises électriques destinées aux rasoirs électriques, au sèche-cheveux, … doivent être placées à une hauteur de 120 cm au-dessus du sol et se placer sur un côté du lavabo.
  • Le bouton de réglage du radiateur qui fait aussi office de sèche-serviette soit fixé à 50 cm au-dessus du sol.
  • Le siège de douche doit être placé à 45-50 cm du sol.
  • Une aire de rotation de 1, 50 à 1, 80 m doit être prévu autour des portes et des autres installations de la salle de bain.
  • Installer des barres d’appui et de maintien de couleur différente à celle des murs pour les distinguer facilement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *